Skip to main content

Le paysage de la fintech en Afrique – surmonter l’obstacle de l’evaluation

Novan Maharahaje, Directeur de notre Service Conseil en Finance, se penche sur le secteur de la Fintech et explique comment entrepreneurs et investisseurs peuvent surmonter les difficultés de l’évaluation pour un dénouement fructueux de l’étape de levée de fonds.

Cet article se propose d’examiner les aspects pratiques de la levée de fonds et les facteurs qui pourraient en faire un succès ou un échec. En particulier, nous nous pencherons sur l’importance souvent sous-estimée des facteurs non-financiers, en particulier lors d’évaluations en début de négociations, avant de considérer les avantages à proprement parler de la structuration transactionnelle.

En dépit du nombre grandissant d’investisseurs traditionnels et d’investisseurs en capital-risque à la recherche de bonnes affaires en Afrique sub-saharienne, il est de notoriété publique que les sociétés de fintech ayant peu ou de faibles revenus peinent à lever des fonds avec succès. Des divergences en termes d’évaluation sont souvent citées comme l’une des raisons pour lesquelles les deals échouent à ce stade. Cependant, nous pensons que l’exercice d’évaluation ne devrait pas constituer un obstacle à une opération de levée de fonds.

Nous avons vu plusieurs fonds surmonter cette difficulté en : (i) considérant plusieurs facteurs non-financiers, incluant l’impact potentiel, et (ii) adoptant une structuration transactionnelle plus flexible.

Les facteurs non-financiers gagnent en importance

Au vu de leur engagement croissant pour des investissements responsables, la considération de beaucoup d’investisseurs aujourd’hui dépasse la rentabilité financière pour prendre en compte les retombées sociales et environnementales de leurs investissements. Une enquête des Nations Unies (2018 Private Equity Snapshot) démontre l’impact des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (‘ESG’) sur le processus de sélection de l’investissement. Cela se manifeste notamment en termes d’identification des risques, de sélection d’opportunités pour la création de valeur et l’abandon de certains investissements. L’enquête révèle aussi que les considérations ESG ont un impact sur le prix offert ou payé, de même qu’elles se retrouvent au niveau du plan d’action post-investissement et de l’accord entre les actionnaires.

L’impact ESG susceptible d’être généré par les entreprises récipiendaires de l’investissement est une considération majeure pour les investisseurs désireux de se manifester au tout début de la phase de pré-croissance. L’impact potentiel de beaucoup de sociétés fintech comporte plusieurs aspects, et certaines viseront pas moins de la moitié des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). On a pu constater que les sociétés fintech qui donnent la priorité à l’impact et développe pour ce faire une approche holistique, ont une chance plus grande d’attirer l’intérêt de potentiels investisseurs.

D’autres facteurs non-financiers souvent considérés par des investisseurs dans la phase de pré-croissance de l’entreprise incluent :

  • La qualité de l’équipe de direction et leur parcours professionnel
  • L’adéquation entre le produit et le marché
  • Le potentiel de montée en puissance
  • L’intérêt récolté en début de la phase de levée de fonds (ex. le nombre d’investisseurs récoltés, le volume de transactions)
  • Le succès ou l’échec de mise en marché, la preuve de concept
  • L’expérience en matière de levée de fonds (au sein de l’entreprise ou apportée par des conseillers externes)

Toutefois, les facteurs ci-dessus ne devraient aucunement occulter le besoin primordial d’un modèle organisationnel cohérent. Ce dernier devra être nourri de stratégies de croissance bien pensées, s’appuyant entre autres sur les retombées aussi bien financières que non-financières pour l’investisseur et les stratégies de sortie. En théorie, ces considérations seront reflétées dans la méthode d’évaluation utilisée, incluant l’approche d’actualisation des flux de trésorerie.

Une structuration transactionnelle adéquate rendra le deal plus facile

Une structuration transactionnelle adéquate rendra plus aisée l’opération de levée de fonds. Etant donné l’écart de perception entre d’une part les fondateurs qui s’attendent à un premium (en guise de prime d’innovation) et d’autre part les investisseurs qui préfèreraient une remise (pour tenir compte du risque d’investissement), la structure que prend la transaction peut décider de l’issue de l’opportunité d’investissement.

On assiste par ailleurs à l’usage croissant d’instrument hybrides dans les transactions fintech. Ces derniers incluent des instruments de la dette convertibles en actions, des titres de créance convertibles avec des seuils et plafonds d’évaluation, et l’utilisation de la méthode d’actualisation concernant les futures opérations de levée de fonds.

La structuration transactionnelle permettra toujours à une bonne affaire (‘deal’) d’avoir lieu, même si au départ les deux parties en présence n’arrivent pas à tomber d’accord sur un prix initial d’entrée en négociation. Même si cela peut être vu comme une méthode dilatoire, à notre point de vue il y aura probablement plus d’informations financières et de visibilité sur les stratégies futures au cours des rondes successives de négociation d’investissement pour soutenir les évaluations.

On peut se réjouir qu’il existe deux méthodes qui permettent de surmonter la barrière de la levée de fonds pour les startups, dans le secteur de la fintech comme dans d’autres industries. Avec l’investissement responsable de plus en plus à l’avant-scène en Afrique, ces deux méthodes d’évaluation s’avèrent également appropriées.

Ocorian (Afrique Moyen-Orient & Asie) offre une gamme complète de services conseil en finance, incluant des évaluations d’entreprise, l’assistance à la levée de fonds, des conseils en matière de fusions et acquisitions et de transactions sur le marché des capitaux. Nous aidons à rendre nos clients mieux aptes à investir et à accroître leur rayon d’action en leur fournissant des services financiers, transactionnels et de gouvernance. Dans le secteur de la fintech, nos clients recouvrent une large palette de solutions, incluant entre autres transferts de fonds, portemonnaies électroniques, microfinance, services bancaires numériques, micro-assurance, micro-prêts énergétiques et plateformes bancaires numériques. Pour en savoir plus concernant notre offre de service, veuillez cliquer ici.